Le territoire du département de la Drôme propose une diversité topographique très intéressante. C’est ce qui permit entre autre le développement de la polyculture. Voici ce qu’il était dit au milieu du XIXe siècle.

Une exposition idéale pour la culture

Le canton [1836] de Valence a, comme toute la vallée du Rhône, une double inclinaison ; l’une, du nord au midi, marquée par la pente du fleuve. L’autre, du levant au couchant, suit la pente des montagnes de l’Est et des coteaux, qui s’abaissent à mesure qu’ils se rapprochent du Rhône. Le degré d’inclinaison en est plus particulièrement marqué par le cours de l’Isère et de la Véore, plus rapide encore que celui du Rhône.

Un sol varié favorise la polyculture

Le sol de ces cantons présente trois zones principales. La première se situe entre l’Isère et le torrent d’Ozon, près de la Paillasse (Etoile-sur-Rhône), d’une part ; les coteaux qui dominent Valence et le Rhône, d’autre part. Le sol de cette première zone est généralement caillouteux et peu fertile, mais propre à la culture de la vigne. En se rapprochant du Rhône, on trouve une variété formée de terrains d’alluvion, propres au jardinage et aux prairies. Il y a aussi des parties légèrement marécageuses.

Pressoir dans les vignes
© Studio Mir – LaDrôme Tourisme

Ensuite, la seconde zone se forme du plateau au-dessus de Valence et d’Etoile jusqu’aux limites des cantons du Bourg-de-Péage et de Chabeuil. Le sol en est bon, nerveux, légèrement argileux ; mais, dans la partie du midi, il diminue duq alité à mesure qu’il se rapproche des montagnes du levant. Ce sol est très favorable à la culture des céréales et des fourrages artificiels.

Puis, les territoires de Beaumont, Montéléger et La Vache arrosés par les eaux de la Véore, de l’Ecoutay et de Pétochin, forment la troisième zone. Le sol participe de celui de la seconde zone, mais avec cette différence qu’il est plus léger et plus sablonneux, et qu’il trouve une cause particulière de fertilité dans les délaissés des rivières et dans la terre végétale descendue des nombreux coteaux qui couvrent cette partie du territoire.

Vignes de Vinsobres
© L. Pascale – LaDrôme Tourisme

Enfin, les bords de la Véore sont éminemment favorables à la culture de la betterave et de la pomme de terre ; les autres parties de cette zone, situées plus au levant, sont très propres à la culture de la vigne et du mûrier.

Partager sur

Commentaires

Soyez le premier à poster un commentaire !

Lire plus Lire moins

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *